NEWSLETTER

SUIVEZ-NOUS

  • Facebook
  • Instagram

TITO & MULK

grande_bretagne_1606.jpg

Read in english

TITO/MULK est la rencontre entre deux passionnés de dessin. Issus tous deux d’une formation en design graphique, ils se sont rencontrés sur les bancs d’une agence de publicité parisienne où ils parsemaient l’open space de gribouillages impertinents.

 

Depuis, ils ne se sont plus quittés : passés rapidement de la feuille à la toile, ils s’attaquent désormais à des supports de plus en plus variés, comme des murs, des meubles et des sculptures. Ils s’adonnent aussi à la réalisation d’installations et à la customisation d'objets issus de la pop et de la street culture.

 

Anciens pensionnaires du 59 Rivoli, ils présentent désormais leur travail en galerie, et collaborent avec des marques prestigieuses comme Adidas, BMW et le Paris-Saint-Germain. Se réclamant du courant figuratif / narratif, il leur plaît également de se produire en live painting à différentes occasions, comme par exemple à la Context Art Fair Miami.


Née de l’angoisse d’une vie toute tracée et inéluctable, l’oeuvre de TITO/MULK réinvente un monde «bédéiesque» richissime à l’esthétique nouvelle. Du contraste le plus flagrant noir/blanc émerge une opposition aux carcans qui oppressent, tel un coup de gueule à l’encontre des grandes douleurs contemporaines. Dans cet engagement total, Tito et Mulk s’adonnent aux «cadavres-exquis» dans une symbiose parfaite.


Ils trouvent leur vocabulaire plastique dans l’imaginaire de leur enfance et dans celui de leurs désirs. Cet univers de Super-Héros et de monstres métamorphes mêle sexe, drogue et 100 % bio dans un antagonisme déstabilisant mais également caractéristique de notre société vide de repères.
 

La densité du graphisme accentue cette jungle hystérique. Toutefois, l’harmonie et le savoir-faire qui émanent des différents plans et perspectives dévoilent la véritable intention des artistes : trouver un ordre et se frayer une voie dans cet imbroglio.
 

Dès 1964, La Figuration Narrative, à travers Edouardo Arroyo, a annoncé : «Le programme est de participer totalement au réel. C’est à dire accuser, dénoncer, clamer et ne pas fuir les sujets tabous tels que la sexualité ou la politique». Aujourd’hui, la situation sociétale passée s’est exacerbée. Il est nécessaire de sortir de l’impasse, de sortir de la couleur dans le but de se recentrer, de ne pas s’éparpiller et de trancher pour adopter un chemin murement choisi.
 

Dénoncer n’est plus suffisant. TITO/MULK sont plus proches des préoccupations de leur temps : ils cherchent une route et ouvrent une voie.

PROCESSUS CREATIF

TITO/MULK travaillent toujours sur plusieurs toiles en même temps, ce qui leur permet de passer de l’une à l’autre, à loisir, pour varier leurs traits et inspirations, mais aussi pour aérer leur esprit. Il s’agit d’une des raisons de leur incapacité à chiffrer leur temps passé sur une oeuvre.


Avant de commencer chaque toile, ils discutent ensemble de trois choses importantes : le format; le ou les thèmes abordés; et enfin la composition générale.


Une fois tout en place, ils commencent à dessiner en jonglant entre Posca et acrylique blanche et noire. Dès lors, les dessins s’enchaînent les uns après les autres. Tout en s’inspirant de la méthode du cadavre exquis, chacun rebondit sur le dessin de l’autre pour ajouter le sien à la composition : à la manière d’une réponse à la question que l’autre viendrait de poser. Lorsque l’oeuvre est finie, ils ont tous deux couvert la moitié du volume graphique total.


Ce qui les intéresse, c’est de parler de l’humain, de le situer au coeur de notre société moderne avec tous les paradoxes et les angoisses qu’elle provoque.
 

Pour accentuer l’oppression visuelle, ils utilisent l’effet d’accumulation, mêlant à la fois dessins et typographie, et laissant des espaces vides pour que l’oeil du spectateur puisse trouver un endroit où se reposer de la concentration visuelle dans laquelle il s’est enfermé.